Hier, je vous expliquais dans cet article comment arriver à trouver l’outil – ou les outils – approprié à sa personnalité et à ses projets d’écriture. Aujourd’hui, je me livre à l’exercice pour vous illustrer comment j’ai choisi l’application que j’utilise dorénavant tous les jours !

application-écriture

Mes besoins : mobilité et simplicité d’utilisation

Tout d’abord, je n’ai réfléchi qu’aux solutions informatiques. En effet, même si j’adore écrire à la main, quand je sais quoi écrire, j’ai besoin d’aller aussi vite que mes pensées !

Un petit point sur mon équipement : je travaille au quotidien sur mon iMac, et je dispose en parallèle d’un iPad que j’utilise comme un mini-ordinateur portable grâce au clavier associé. C’était très important pour moi de trouver une solution qui me permettrait d’écrire indifféremment sur ces deux appareils, car il m’arrive de totalement bloquer lorsque j’écris sur l’ordinateur. En effet, puisque c’est mon outil de travail, j’ai parfois tendance à associer une notion de contrainte à l’écriture si je l’utilise également pour mon roman. Dans ces périodes, j’aime pouvoir écrire d’où je veux, dans mon appartement comme en dehors (notamment au parc, au soleil !), et donc sur la tablette, sans forcément avoir de connexion internet.

Quand j’ai commencé à écrire, j’utilisais Pages, qui avait l’avantage de me donner en direct le nombre de mots (ou de caractères) que j’avais écrit. J’aime pouvoir suivre facilement mon avancée, donc c’était pour moi un vrai plus que je voulais conserver !

Ne suivant pas de méthodologie précise d’écriture, j’ai besoin de pouvoir me retrouver facilement dans mon texte, et de le redécouper ou retravailler « à la volée ». C’est ce qui me manquait alors. Aussi, comme je l’ai décrit dans l’article sur mon organisation pour éviter le syndrome de la page blanche, je travaille sur différents axes en parallèle : cela devait donc être simple à gérer.

Concernant les critères rédhibitoires : je travaille sur des appareils Apple, la compatibilité Mac était donc essentielle pour moi, ainsi que la possibilité d’essayer un outil gratuitement dans un premier temps !

Les logiciels que j’ai testés, et pourquoi je ne suis pas allée plus loin avec

J’ai envisagé plusieurs possibilités, mais je n’en ai vraiment testé que 3 avec mon projet d’écriture en cours.

Les solutions que j’ai rapidement écartées

 

Microsoft Word : comme beaucoup, c’est un logiciel que je connais bien pour l’avoir largement utilisé dans un contexte professionnel. Même si les multiples fonctionnalités rassurent (vous pourrez globalement faire absolument tout ce que vous voulez avec, y compris une mise en page très précise), je recherchais quelque chose de simple, avec une expérience utilisateur plus sympa.

Evernote : je partais avec un a priori plutôt négatif, mais j’ai pu tout de même constater un beau potentiel pour cette application, notamment pour le découpage des scènes et la synchronisation entre tous les appareils. Malgré tout, c’était trop compliqué pour moi d’avoir le suivi de ma progression ; encore une fois, je n’ai pas accroché.

Bear : j’ai découvert cette application par hasard, et elle m’a semblé plutôt intéressante. Le principe repose sur un système de mots-clés intégrés directement dans les textes, qui permettent de générer automatiquement des groupes et sous-groupes de feuilles. Malheureusement, cela ne convenait pas à ma manière de travailler, je n’ai donc même pas réussi à me lancer avec pour tester.

WriteControl : cette solution en ligne en cours de développement est prometteuse. Elle permet de gérer différents blocs en parallèle : écriture du manuscrit, suivi de la progression, dictionnaire des synonymes, espace de recherche … cependant, malgré la possibilité de travailler « off-line » et de récupérer son travail plus tard, j’avais peur que ça ne tienne pas la route avec mon mode d’écriture nomade (attention, encore une fois je ne l’ai pas testé, ne prenez donc pas cette crainte au pied de la lettre si vous avez envie de l’utiliser !).

mon application pour écrire

Les solutions avec lesquelles j’ai travaillé quelques temps

 

Pages : comme c’est l’application native fournie par Apple, je n’avais aucun problème de synchronisation entre l’ordinateur et la tablette. En plus, comme souvent avec Apple, la prise en main est très facile et le logiciel est agréable à utiliser. Mais, si cela reste très bien pour écrire au kilomètre, j’avais besoin d’une solution pour découper et (re)structurer facilement mon texte, ce qui n’était pas du tout le cas avec Pages.

Scrivener : à force de lire des articles m’expliquant que c’était LE logiciel à avoir quand on est écrivain, j’ai fini par le télécharger. Il y a un mois d’essai gratuit, ce qui me semblait parfait pour le test que je voulais faire. J’ai apprécié le découpage des scènes et la facilité de structure du roman au global. J’ai finalement laissé tombé car, même si les possibilités semblaient intéressantes, j’avais un peu la flemme de lire toute la documentation en anglais pour en mesurer le plein potentiel, et encore une fois, parce que je n’accrochais pas avec l’interface que je trouve un peu vieillotte. Aussi, il me semble que j’aurais dû acheter deux fois l’application (une pour ordinateur, une pour tablette), et je n’aime pas du tout ce système !

Ulysses : cette application est disponible uniquement sur Mac (ordinateur, tablette et smartphone) avec un abonnement qui permet de l’utiliser sur autant d’appareils que l’on souhaite (et un mois de période d’essai). Je ne vous cache pas que ça a un peu été un coup de foudre : il y avait là tout ce que je cherchais, dans une interface hyper simple à utiliser et à prendre en main. Le petit plus pour moi : la possibilité de se fixer des objectifs variés. Par exemple, on peut se fixer un objectif de nombre de mots par chapitre, et un objectif de nombre de mots à écrire par jour pour l’ensemble du roman. La mise en page est très simplifiée ; tout se joue dans l’export. Cela me permet également de travailler simplement sur mes articles de blog.

Vous l’aurez compris : aujourd’hui j’ai trouvé mon application chouchou que j’utilise pour mon roman en cours, les nouvelles des concours auxquels je participe, mes articles de blog…

Le test détaillé de l’application fera sans doute l’objet d’un article de blog dédié !

Crédit photo : Michael Soledad on Unsplash

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :